costumes Camille Lacombe pour le  specta

-CROÛTES-

célébration terreuse

Cie Mycélium

Création 2021

Idée originale : Albane Danflous
Metteur en jeux : Michael Egard

Chorégraphe: Philippe Priasso

Joueuses et joueurs : Jonathan Aubart, Albane Danflous, Juliette Frenillot, Emilie Marin, Gabriel Soulard

"Une ville, une place, une butte de terre.

Comme un hommage à notre sol, «Terre en vue !»

Il y’a de l’espoir chez les marins.

Alors, avant qu’elle ne se craque et nous avale, 

avant que la guerre nous la confisque, avant de la perdre complètement de vue, faisons cette fête.

Celle qui résiste et qui s’épuise.

Après on creuse un trou et on en parle plus. Enfin on verra... "

" A l’heure de cette prise de conscience massive de la dégradation de la biodiversité et du malaise que provoque l’irréversibilité de ce constat, nous cherchons avec ce spectacle, à interpeller les imaginaires et les sens des spectateurs face à cette entité, indispensable à toutes vies terrestres, et pourtant extrêmement fragilisée: le sol vivant.

 

Nous souhaitons écrire une fresque joyeuse et sensible mettant en jeu l’histoire de notre rapport au sol vivant, des origines à aujourd’hui, pour mieux le recomposer. 

 

Nous allons modifier le paysage urbain le temps d’un spectacle, en y installant une image, celle d’une croûte, d’une tâche, d’une terre, sale pour certains, promise pour d’autres, cette butte qui est notre sujet et notre terrain de jeu. 

 

Qu’elle soit jardin d’Eden, chantier, décharge, observatoire, podium, taupinière ou ruine, nous allons raconter avec démesure et humour, l’insatiable obsession de l’Homme à maîtriser la terre.

A la manière des fêtes païennes et du carnaval, souvent centrés sur des incarnations de la nature et la satyre des catégories sociales.

« Faire une fête autour d’un tas de terre pour exorciser les écueils sur lesquels la société occidentale butte dans son rapport à la terre, et dessiner un « nouveau » rapport au monde qui enterre le dualisme sujet-objet, culture-nature. »

Phrase de synthèse de la résidence d’écriture - février 2020.

affiche du  spectacle crôutes - célebrat

Cette création de costumes a été l'occasion de fabriquer un masque de taupe, en cuir tannage végétal sculpté et en fourrures de secondes mains.
Avec l'éclairage de Mathilde Biteau, Maroquinière.
Les vestes sont sur-mesures, fabriquées dans un tissu à l'apparence brut, solide et élastique pour accompagner et protéger les mouvements des artistes.
Nous avons choisi des tons beiges pour contraster avec la couleur de la terre, qui est le personage principal de ce spectacle.

© Demi sel production